VOUS AVEZ OUBLIÉ VOS IDENTIFIANTS ?

Camille
OUÏ

JEUDI 11 OCTOBRE 2018 - 20H

Camille, Ouï – Jeudi 11 octobre

/ / Actualités

OUÏ avec un tréma sur le i, « c’est s’ouvrir et écouter », explique Camille. Il faut s’abandonner pour apprécier cet album où s’entrecroisent des textes, chœur lyrique, a cappella, voix saturée « C’est un disque qui m’apaise », dit-elle.
Comment qualifier Ouï ? On pourrait dire : du pur Camille. Du pur… et de l’épure. Un tableau musical dépouillé, où le chant et les percussions jouent les rôles principaux et où, dans une précision parfaite, chaque trait s’ajuste au suivant, au millimètre près. Pas de place pour le hasard ou l’approximation.
« J’aime beaucoup partir du rythme pour composer. C’était vraiment la trame du disque, partir des rythmes de pleins d’horizons des fois inspirés de mon cœur qui bat, de rythmes assez simples comme dans « Sous le Sable », des rythmes nourris de la danse africaine que je pratique énormément « .

Après des années d’exploration musicale, la chanteuse affirme son style, sans rien renier de sa singularité et invite à un voyage épuré et charnel, où les chansons se font confessions. Sur le disque entier, ce sont des percussions à peau et électroniques qui donnent le cap.
« Sous le sable », « Lasso » ou encore « Seeds », sont quelques-uns des titres de ce nouvel album.
Camille s’amuse des allitérations, fait des enluminures avec les voyelles. La première fois, on écoute les jeux avec les sons et on peut passer à côté du sens. Et puis, on se plonge dans les paroles…
En France, pays de la chanson à textes, c’est l’une des rares artistes féminines à mettre autant son corps en avant. Et il ne s’agit pas là de montrer son corps en photo mais de faire sentir ce corps tout entier à travers la voix.

Pour ce projet, Camille s’est enfermée de longs mois dans deux endroits insolites pour créer ces chansons. Dans une petite chapelle dans le Tarn Et Garonne et dans la chambre d’écho ancestrale de la Chartreuse Notre-Dame-Du-Val-De-Bénédiction, à Villeneuve-lès-Avignon où elle vit désormais. « Un lieu, c’est comme une personne, un musicien dans le disque, explique l’artiste. Au-delà de ce côté acoustique qu’on entend, c’est un échange, et ce lieu-là m’a accueilli, j’espère que je lui ai fait honneur. Son énergie est certainement présente dans le disque, la paix qu’il m’a apporté pour laisser libre court à mon imagination, à ma sensibilité, cette paix-là est très importante ».

Pour écouter l'album cliquer ici ! ►

HAUT