VOUS AVEZ OUBLIÉ VOS IDENTIFIANTS ?

ART
de Yasmina Reza

DIMANCHE 3 FEVRIER 2019 - 15H

Art de Yasmina Reza

/ / Actualités

 

Ils sont trois amis. Ils se nomment : Marc, Serge et Yvan.
Ils sont amis depuis trente ans jusqu’au jour où Serge achète un tableau entièrement blanc (si on cligne les yeux, on peut apercevoir de fins liserés blancs transversaux…).
Serge présente à Marc son acquisition.
Marc contemple l’oeuvre et s’enquiert de son prix. Cette scène anodine est le point de départ d’un «cataclysme» entre les trois amis.
Yasmina Reza

Avec
Charles Berling
Jean-Pierre Darroussin
Alain Fromager

Patrice Kerbrat : mise en scène
Pauline Devinat : assistante à la mise en scène
Edouard Laug : décor
Laurent Béal : lumières
Caroline Martel : costumes

QUELQUES MOTS SUR LA PIECE

Ecrite en 1994 et traduite dans une quarantaine de langues, la pièce « Art » de Yasmina Reza a été jouée et primée dans le monde entier.
Elle a fait l’objet de productions mémorables dont certaines se jouent encore en répertoire, notamment celles de Krystian Lupa à Cracovie, Felix Prader à la Schaubühne à Berlin, Jose Maria Flotats au Théâtre National de Catalogne, Ricardo Darin à Buenos Aires, Mathew Warchus à Londres et New York…
Elle a obtenu de nombreux prix prestigieux dont le Tony Award de la meilleure pièce aux USA et le Laurence Olivier Award de la meilleure pièce au Royaume Uni.

NOTE DU METTEUR EN SCÈNE

À l’origine, le guillemet servait à encadrer une citation ou un bout de dialogue, mais un usage récent, lui accorde une fonction sournoise de mise à distance ironique, au guillemet. Aux guillemets, devrait-on dire, car dès qu’on en voit un, on peut penser que l’autre n’est pas loin. Ils vont donc toujours par deux, les guillemets, comme autrefois les gendarmes. Ou les amis, qui vont souvent par paire. À moins qu’ils ne soient trois, les amis, comme dans le célèbre opus de mademoiselle Yasmina Reza. Et qu’une violente controverse ne s’élève entre eux à propos d’une oeuvre d’art. Pas d’art, « d’art », ricane l’un. D’art, soutient l’autre. Le troisième, qui aimerait bien être ailleurs, hésite sur cette question délicate et proposerait bien de n’en laisser qu’un, de guillemet. Le premier ou le second, au choix des parties.
Mais voilà, quand on les ouvre, il faut bien finir par les fermer, ces fumiers ; et l’on n’a jamais vu fermer de guillemets qu’on n’aurait point ouverts. Gêne. Colère. Ressentiment. Et voici que nos trois amis se transforment en « amis ». Et finissent par se demander si, guillemets ou pas guillemets, ils vont rester « amis », ennemis, ou redevenir amis. Et par découvrir que l’amitié est une passion aussi violente que l’amour, qu’une toile blanche peut provoquer des taches indélébiles sur un lien immaculé, et qu’on ne connaît jamais qui l’on aime.
Patrice Kerbrat

HAUT